dimanche 15 avril 2018

Les Greens en Corse, Sagone Cycling Camp Day 1: Minéral et végétal..

Ce n'est pas que nous soyons contre les cadences infernales, mais ce premier jour après la traversée et peu de sommeil, une petite sortie de bord de mer dans ce magnifique décor floral naturel nous a ravis; n'est ce pas Vincent et Marie ... opératrice!...
Demain une ride peut être un peu plus...sportive!..


















vendredi 6 avril 2018

Signature d'une Convention entre la FFC et Green Cycling

L'association Green Cycling, représentée sur le terrain des épreuves de masse par la patrouille Eco Cyclo, oeuvre depuis de nombreuses années auprès des pratiquants pour une meilleure éco responsabilité dans leurs pratique et auprès des organisateurs pour une observation engagée de l'éco responsabilité dans leurs organisations.
Un module d'enquête Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE) vient d'être mis en ligne à la disposition de tous les organisateurs adhérents aux valeurs de Green Cycling.
A l'issue de la saison en cours un véritable baromêtre des tendances éco responsables des manifestations cyclistes pourra être consulté et enrichi.



La FFC soucieuse de valoriser sa politique RSE s'associe pleinement à ce travail d'enquête et de représentation.
Dans ce contexte, une Convention vient d'être signée au siège fédéral à Saint Quentin en Yvelines par Michel Callot Président de la FFC et Denis Cheminade, Vice Président délégué de Green Cycling Association.
CPT.com: 03/2018
Photos FFC Rights reserved

jeudi 5 avril 2018

L'Héraultaise Roger Pingeon, 1er Avril 2018: la confirmation d'un statut responsable!


PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
COMMUNIQUE N° 470

Le Printemps revient!..
Toutes et tous, cyclos enthousiastes du Grand Sud et de bien plus loin, se sont probablement fait cette réflexion après cette journée de beau vélo dans l'arrière pays du Languedoc, suivant les itinéraires tracés dans un milieu naturel totalement authentique.




Le spot du jour étant incontestablement le Cirque de Navacelles qui revoyait passer des cyclistes affutés après quelques années de disette.
L'organisateur historique de l'épreuve,  Jean Pierre Devise avait parfaitement bien préparé l'évènement avec des équipes parfaitement rodées du CD34 FFC et de HERAULT SPORT, partenaire titre omniprésent sur l'épreuve à tous les stades de l'organisation.



L'Héraultaise Roger Pingeon, a été labellisée Organisation Remarquable ces deux dernières années, selon les critères d'enquête de GREEN CYCLING, la Patrouille ECO CYCLO, une nouvelle fois présente confirme ce statut, témoignage de l'excellence des moyens mis en oeuvre pour conserver ces territoires intacts après le passage de l'épreuve.

- COMPTE RENDU SPORTIF DE L'HERAULTAISE 2018



Merci pour l'accueil et la qualité de l'organisation et à l'année prochaine!

dimanche 3 décembre 2017

Les Stages Green Cycling en ouverture de saison 2018

A l'instar de 2017, le team Green Cycling se retrouvera en Corse en ouverture de saison 2018, pour stages de vélo tourisme et préparation physique et mentale.
Les participants doivent être obligatoirement titulaires d'une licence Cyclisme valide, les cyclistes ou accompagnants non adhérents à l'association Green Cycling peuvent également participer, sous réserve de parrainage de la part de membres adhérents.





Des conditions exceptionnelles pour séjours optimisés à Sagone (Corse du Sud), sur la côte occidentale de l'Ile, entre Ajaccio et Cargèse, tout près des sites fabuleux des Calanches de Piana et de la réserve maritime de Scandola.



Les parcours, tracés en bord de mer et dans l'arrière pays sont exceptionnels, ada^tables pour tous niveaux de condition physique.








Deux options de dates ont été retenues, soit:

STAGE 1: Semaine 8, du 19 au 25 Février > Préparation de saison.
STAGE 2: Semaine 16, du 15 au 21 Avril  > Cyclo Corse (Bastia) en option pour ouvrir le 15 Avril.




 

mercredi 4 octobre 2017

La Forestière Cyclo, 16 Septembre 2017: Pour une clôture dans le vert Forêt!




PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 469

C’est un week-end festif et entièrement dédié au vélo pour tous, qui est proposé chaque mi-septembre à Arbent dans l’Ain.
Tout le monde, petit ou grand, cyclosportif ou vététiste, compétiteur ou randonneur, peut trouver son bonheur,dans l’une des nombreuses formules proposées.

Comme souvent en automne, la météo est un élément clef pour faire varier la fréquentation et donc "faire" la réussite d’une épreuve. Les 2 dernières années , la pluie et le froid avaient été omniprésents et avaient dissuadé de nombreux participants potentiels de venir à Arbent, quand ce n’était pas pour renoncer sur la ligne de départ…
Fort heureusement, cette année la météo a offert un répit permettant aux participants de finir au sec ! Avec même un peu de soleil et ce malgré une petite  ondée peu après le départ.
Près de 500 inscrits sur l’un des parcours cyclosportifs, c’est tout de même assez peu au regard du potentiel qu’offrent le site de départ, ainsi que la beauté et la difficulté des parcours au cœur des montagnes de l’Ain et du Jura, et la variété des paysages traversés : lacs, forêts, rivières...
On peut regretter en revanche que la grande nouveauté de cette année - un parcours ultra de 200 km et 3800 D+ - ait été annulée faute de combattants...




C’est dommage car, pour le 10eme anniversaire de la formule cyclo, l’organisation de La Forestière, parfaitement réglée par Jean-Pierre Marin et son équipe de 1300 bénévoles sur l’ensemble du weekend, proposait un éventail complet de prestations autour de l’épreuve : chronométrage, douches, ravitaillements nombreux et copieux, repas, soins, boutiques… De quoi passer de bons moments !
Pour ceux qui souhaitent d’ailleurs découvrir plus en détail les départements de l’Ain et du Jura, La Forestière a mis au point une épreuve début juillet – la Forest’Cime – permettant sur 3 jours de pédaler et se tester sur de belles routes et de disputer chaque jour une ascension chronométrée. Le tout dans une ambiance conviviale, l’organisation de chargeant de toute la logistique sur les différentes étapes.

Pour revenir à l’œuvre de pédagogie des patrouilleurs Green Cycling sur la Forestière, en dépit de la présence de 4 patrouilleurs seulement, les déchets sont restés dans les poches…

Côté sportif, Stefano Sala a brillamment remporté la mise devant Geoffroy Lecat et David de Vecchi, notre patrouilleur de choc, sur le parcours de 136 km, tandis que sur le parcours de 85 km Antoine Boudsock a devancé Pierrick Page et Alexandre Martin !

Jean-Pierre Marin avait promis le soleil en 2017, l'engagement a été tenu, alors rendez-vous les 16 et 17 septembre 2018 !




Les patrouilleurs

David de Vecchi
Jane Kilmartin
Laurent Lespagnol
Éric Vallade 

jeudi 31 août 2017

La Scott Cimes du Lac d'Annecy, 27 Aout 2017: Les Cimes du Lac d'Annecy sous la chaleur de l'été.



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 468

Une fois n'est pas coutume, commençons par faire le point sur l'aspect "Green Cycling" de cette dernière manche du Challenge Rotor qui a permis à Ludovic VALENTIN et à son organisation d'être encore "au top" des épreuves cyclosportives.



Sur le principe même de nos engagements, Ludovic a une nouvelle fois clairement préciser les choses sur la ligne de départ, et ce pour chaque peloton en ne laissant apparaître aucun doute quant à la disqualification des cyclistes qui seraient surpris en flagrant délit de "malpropreté environnementale". Et cette année il a aussi fait un bilan au début de la remise des récompenses. Bilan que nous approuvons totalement en apportant une petite précision. LVO et ses bénévoles ont donc ramassé les déchets après le passage des "coureurs". Ils n'ont trouvé que 2 "topettes", c'est exactement le nombre que j'ai constaté ! Bravo aux près de 800 cyclistes. Par contre un nouveau phénomène, certes sans commune mesure, m'a étonné. De rares cyclistes font un peu "comme à la télé" et jettent leur bidon sur la route. J'ai même vu un bon cycliste jeter le sien dans le jardin d'une maison au col de Plaimpalais (sans doute pour ne pas "salir" le magnifique Massif des Bauges, mais que vont penser les "jardiniers" de nous,  cyclistes !?). Or si on prend en compte les nombre de bidons offerts aux départs de ces épreuves, on peut considérer que cela fait beaucoup de plastique pour pas grand-chose (la qualité moyenne de bon nombre de ces bidons, rarement mis aux logos des épreuves, désolé pour les partenaires, ne conduiront ces bidons que dans les poubelles de tri sélectif pour les plus consciencieux d'entre-nous). Sans doute faudrait-il aussi "lever le pied" en la matière. J'ai fait une pose technique  avant le sommet du col de Leschaux pour apporter une "preuve par l'image" (puis pour mettre le bidon dans une poubelle "adaptée", pas celle de la photo). Ce bidon qui gisait à 2 mètres de cette poubelle était à moitié plein ! Et bien collant ! J'en ai vu 4 sur la route, combien dans les prés ?



Pour finir sur un des aspects de notre mission, celui de la sécurité, je me devais de rappeler un épisode mis en évidence par Ludovic lors du repas "local" (tartiflette ou croziflette). En effet un incident, qui deviendrait "banal" si nous pensions que la vie réelle était celle décrite sur les réseaux sociaux, a été noté sur l'épreuve : Alors qu'un automobiliste plus véhément que grincheux dépassait avec difficulté un petit groupe, un des cyclistes a répondu "trop" vertement au chauff(a)eur. Du coup ce dernier a doublé en force puis a pilé net devant un des cyclistes qui s'est retrouvé directement dans la case "hôpital" après avoir percuté le véhicule, sans passer par la case "ligne d'arrivée". Un de plus ! Je partage toutefois l'avis de Ludovic, quelque soient les "abrutis" avec qui l'ont partage la route, il vaudrait mieux toujours avoir en tête que la prudence, le calme et la courtoisie sont trois armes très efficaces pour désamorcer ces "crises". C'est en tout cas la meilleure "protection" que le cycliste peut proposer en cas de "conflit".
Alors pour ces aspects "Green Cycling", bravo à LVO et à ses bénévoles ; la remise du label sur la ligne de départ en compagnie de Sébastien DUC, l'autre patrouilleur du jour, et de Julie BRESSET, notre championne olympique de VTT, n'était pas qu'un geste !



Terminons donc par l'aspect sportif de ces Cimes du Lac d'Annecy qui changeaient de date en passant du premier dimanche d'octobre au dernier dimanche d'août. Et malgré l'énorme concurrence "cyclosportive" du week-end (dont le Championnat du monde à Albi et les 24 heures du Mans qui retenaient une grande partie de nos équipes), la participation a battu un record avec environ 100 cyclistes de plus que l'an passé. Sur des parcours identiques et très montagneux, j'ai trouvé que la chaleur de l'été ajoutait une nouvelle difficulté à l'épreuve. 
Rouler sur les derniers kilomètres du col des Prés quand le soleil est à son zénith n'est pas une mince affaire ! Penser peut-être à un départ plus matinal, les cyclistes le sont et 9h38 pour commencer un tel périple n'est pas l'horaire idéal. Le vent a aussi rajouté du piment sur les derniers kilomètres cette année. Et comme une des communes traversées a eu la "bonne idée" de refuser l'accès à l'eau potable sur son territoire, il y a eu quelques soucis aux ravitaillements. Mais les fontaines sont si nombreuses dans les Bauges qu'il était possible de remplir les bidons ici ou là.



Et pour revenir sur les participants, notons qu'ils avaient le plaisir de rouler en compagnie de Julie BRESSET qui était déjà présente l'an passé et qui prépare activement le Roc d'Azur, avec une forme retrouvée. Elle était aux côtés de Barbara FONSECA qui sortait du très médiatisé (pour la bonne cause) Tour de France de "Donnons des Elles au vélo", un joli moment de partage sur les rives du Lac d'Annecy.
Malgré les difficultés de LVO pour retrouver ses bénévoles habituels en raison du changement de date et de la période des vacances (personnellement je n'ai pas trop vu la différence, avec des signaleurs toujours aussi sympathiques, peut-être moins de motards ?), le rendez-vous est pris en 2018 et la dernière épreuve du Challenge Rotor, la "Scott Cimes du Lac d'Annecy" aura bien lieu le dernier dimanche du mois d'Août dans le Massif des Bauges.



Et comme j'ai eu le plaisir de commencer ce Challenge Rotor en Corse en compagnie de David POLVERONI, je voulais terminer ce compte-rendu en lui envoyant toutes les "bonnes ondes" nécessaires pour la fin de sa convalescence. A bientôt sur les routes !


A bon entendeur… 

Vincent

lundi 21 août 2017

La Jean François Bernard, 20 Aout 2017, Corbigny (58): Une épreuve de terroir!



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 467

La 13ème édition de la Jean-François Bernard s’est déroulée le dimanche 20 août 2017 à Corbigny (Nièvre), avec une participation encourageante de 430 inscrits sur les 2 parcours chronométrés et les 2 randonnées. Nul doute que l’équipe d’organisation  du Cyclo Club Corbigeois, orchestrée par Claude et Jean-Noël LORILLOT et animée par de nombreux bénévoles, mériterait de dépasser la barre des 500 participants sur cette épreuve de terroir au cœur des lacs et forêts du Morvan.

Jean-François Bernard en personne, commentateur pour France Info de la Vuelta que dispute également son fils Julien, était présent pour donner le départ, en compagnie de Madame la Maire de Corbigny. On se souviendra qu’il y a 30 ans cette année, il aurait dû remporter le Tour de France après son phénoménal contre-la-montre au Mont Ventoux. Malheureusement, une crevaison et un déraillement aux mauvais moments, la déveine puis la « malédiction du 3ème » l’en privèrent… !



Par un temps doux et ensoleillé, les participants ont pu s’en donner à cœur joie sur les routes quasi désertes de la Nièvre et sur un parcours déjà éprouvé l’an dernier, assez roulant bien que non dénué de belles difficultés à Lormes, Saint-Brisson ou Cervon et longeant ou traversant les lacs de Chaumeçon et des Settons et le réservoir de Pannecières, donnant ainsi un caractère bucolique dans le cadre somptueux du Parc Naturel Régional du Morvan.
Quelques curiosités touristiques ponctuaient également le parcours, comme le saut de Gouloux ou le Pont-Aqueduc de Montreuillon, non loin de l’arrivée.

De l’avis des patrouilleurs Green Cycling présents sur les grand et petit parcours, les routes sont restées relativement propres, ce qui justifie pleinement la remise du blason « épreuve reconnue », en reconnaissance des efforts déployés par l’organisation pour la préservation de l’environnement, la transmission du message et des valeurs Eco Cyclo, et les actions réalisées en marge de l’épreuve comme l’utilisation de véritables assiettes lors du repas par ailleurs particulièrement apprécié.



Pour la 3ème année consécutive, sur le parcours de 142 km que visiblement il affectionne, le néerlandais Bram Schittecatte l’a emporté au sprint devant David de Vecchi, portant toujours haut les couleurs de la Patrouille Green Cycling, tandis que sur le parcours de 103 km Mathieu Bourgeois esseulé devançait ses poursuivants dans un sprint réglé par Arnaud Létienne. Côté patrouille, Maurice Cornu a gagné dans sa catégorie sur le parcours de 103 km.
Une bonne mise en jambe pour ceux qui, Français, Belges, Néerlandais ou Brittaniques présents, ont coché à leur calendrier le Championnat du Monde Masters UCI à Albi le prochain weekend et qui sont venus parfaire leur conditions en vue de cet événement ! Nous leur souhaitons bonne chance !



L’équipe Green Cycling remercie Claude et Jean-Noël Lorillot pour leur accueil et la qualité de leur organisation.

Laurent et les patrouilleurs...

Marc Barville
Michel Bizières
Maurice Cornu
David de Vecchi
Laurent Lespagnol
Stéphane Mulot
Olivier Sautillet
Eric Vallade

mercredi 16 août 2017

L'étape Sanfloraine, 13 Aout 2017: Immuable et responsable!




PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 466

La 17ème édition de l’Etape Sanfloraine, s’est déroulée le 13 août 2017.

Comme chaque année, après l’entrée en matière du samedi après-midi que constitue la montée chronométrée de 1,2 km entre la ville basse et la ville haute de Saint-Flour, 3 parcours cyclosportifs de distance et de difficulté différentes étaient proposés aux quelques 794 inscrits.
794 engagés, c’est donc un nouveau record de participation pour cette belle manifestation auvergnate, parfaitement coordonnée par Alexis Sigoigne et organisée sous l’égide de la présidente du comité d’organisation Marie-Pierre Murat, à qui le blason « épreuve remarquable » a été décerné par l’Association Green Cycling au départ de l’épreuve, en reconnaissance des efforts déployés par l’organisation pour la promotion du respect de l’environnement et du sport responsable.





L’attrait de l’Etape Sanfloraine, c’est surtout la somptuosité des parcours quasi immuables, au cœur du Cantal et de ses nombreuses curiosités touristiques : ainsi et en enfourchant simplement son vélo l’on peut traverser la Truyère en longeant le Viaduc de Garabit ou en empruntant le Pont de Tréboul, plonger à une vitesse vertigineuse sur Chaudes-Aigues, station thermale réputée pour  ses eaux chaudes, grimper jusqu’à l’ancien village fortifié de Pierrefort, remonter la vallée en auge de Brezons, héritage de la période glaciaire, tutoyer les sommets cantaliens en basculant au col de La Grifoul et au Plomb du Cantal avant enfin de parvenir à destination à Saint-Flour après avoir admiré la vue magnifique sur sa ville haute.




Ajoutez un temps idéal pour une telle épreuve, doux dès le matin et chaud sans excès en début d’après-midi, une sécurité bien maîtrisée par les nombreux signaleurs et motards, ainsi que des zones de ravitaillement judicieusement réparties et copieusement garnies tant en liquide qu’en solide, et notamment en produits locaux (cantal, saucisson, et même le succulent pounti !), puis le repas quasi gastronomique d’après course, avec au choix la saucisse ou le tripoux accompagnés de la truffade faite sur place !  Tout cela permettant de passer une agréable journée pendant et après l’épreuve.




Dans ce contexte, les Patrouilleurs Green Cycling ont constaté que les routes étaient restées propres, malgré ça et là quelques emballages anecdotiques, même si le message de sensibilisation doit continuer à être diffusé à une large échelle pour que cessent les comportements inappropriés.

D’un point de vue sportif, le grand parcours de 146 km a été remporté par Stéphane Cognet (Défense) et le parcours de 109 km par Julien Flachon (St-Etienne). Les patrouilleurs présents se sont distingués avec les victoires dans leur catégorie de Jean-Luc Chavanon et de Michel Richard et les 2èmes places de Maurice Cornu et Alain Montigny sur le grand parcours et d’Elena Ivanova sur le parcours intermédiaire.  Notons que sur le parours de 109 km, Bernard Hinault fidèle à la Sanfloraine depuis plus de 10 ans, a piloté un tandem en accompagnant un cycliste non voyant !

Laurent



La patrouille Green Cycling remercie l’organisation de l’Etape Sanfloraine pour son accueil et lui adresse ses vœux et encouragements pour l’édition 2018 !


Michel Bizières
Jean-Luc Chavanon
Maurice Cornu
François De Jumne
Séverine Grosjean
Thierry Hourugou
Elena Ivanova
Laurent Lespagnol
Alain Montigny
Michel Richard
Eric Vallade



mardi 1 août 2017

La Pierre Jacques, 29 Juillet 2017, Aramits en Baretous:Un Rendez vous à ne pas manquer!



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 465

8h30 pétantes et trébuchantes, Alain Miramon, fidèle organisateur de la Pierre Jacques en Barétous, nous attendait avec toute son équipe d’incontournables bénévoles, pour une magnifique journée au départ d’Aramits.
Cette cyclo qui compte parmi les 50 plus belles du monde, proposait 3 circuits distincts.
Le premier, une randonnée de 56 kms, parcourue par des participants suffisamment avertis et aguerris pour grimper les 1 500 m de dénivelé !
Les deux autres, chronométrés  et pour lesquels, les concurrents allaient faire route commune jusqu’au  105ème kilomètre, avant de se séparer à Licq Athéret.
Les plus « raisonnables » bifurquaient alors en direction de l’arrivée pour boucler leur périple de 124 km (2700 m de dénivelé), pendant que les plus « téméraires » renchainaient pour le dernier et très difficile col du Soudet, passage obligé pour terminer une aventure de 148 km ( 3700 m de dénivelé).
Après un départ qualifié de très rapide jusqu’au pied du 1er col de la Pierre St Martin, le peloton s’étirait de suite après avoir passé « la Mouline ». Ceci permettant à chacun de vite trouver son propre rythme et de calmer le jeu, pour mener à bien une ascension longue de 15 km à 7,5% de moyenne.
En montant, certains auront aperçu Christopher Froome  (ou presque), puisqu’une une pancarte rappelait sa folle accélération, un jour de juillet 2015. Il paraîtrait que personne ne fit aussi bien que lui lors de notre cyclo !



Quelques spectateurs parsemés le long du col nous encourageaient, ainsi qu’au sommet qui nous menait en Espagne, avant d’enchaîner sur une belle descente (attention aux chicanes mobiles, ici vaches et brebis !), faite de grands lacets, de virages en épingles, avant d’arriver dans la vallée d’Isaba.
Ce village était l’occasion de profiter du premier des nombreux ravitaillements, avant d’affronter la 2ème difficulté du jour, Alto Laza ; un petit col régulier, hormis ses 2 derniers kilomètres, qui allaient faire exploser les groupes.
Puis, c’est le Port de Larrau qui se présentait à nous : 10 km à 7% de moyenne, allaient user les organismes, lesquels commençaient à chauffer eux aussi, puisque nous dépassions à ce moment-là, les 30 degrés. Il fallait donc composer avec la chaleur et bien s’hydrater.
Si l’an passé, il avait manqué d’eau en haut du port de Larrau, ce ne fût pas le cas cette année, d’autant qu’un ravitaillement supplémentaire au milieu du col avait été pensé, bravo à l’organisation !
La descente du Port, technique et rapide a malheureusement vu 2 concurrents chuter lourdement au point de quitter la cyclo avec les secours…
Il est vrai que nous y prenons rapidement de la vitesse, avec  des virages serrés. Un affichage via des panneaux qui signaleraient certaines zones « dangereuses » ne serait pas de trop, comme cela peut se voir sur d’autres courses –cf l’Ariégeoise - une idée à envisager à l’avenir ( ?) pour éviter des accidents.


Que dire du panorama ? Avec une météo parfaite, il était grandiose, féérique, l’absence de nuages nous laissait voir des montagnes à perte de vue, côté Navarre ou côté Aragon.

Question déchets, rien à redire : réjouissons-nous de cette prise de conscience chez les nombreux cyclos, tant espagnols que français (le slogan « je roule propre » sur les dossards était clair !)

Après une douche bien méritée (« je finis propre !» ), avait lieu un très bon repas dans un esprit de convivialité, les uns et les autres refaisant le bilan de leur difficile mais très agréable journée !

Nous comptions pour la remise des prix, sur la présence du charismatique maire d’Arette, Pierre Casabonne, accompagné de Laurent Tillous (fils de Pierre Jacques), marchand de cycles, offrant de très beaux lots pour le tirage au sort des dossards.

Parmi les 336 finishers sur les deux parcours, on comptait 10 « Green » :
Fred, Philippe et André, les plus « affamés » ayant fait le choix du 148 km.
Aurélie, Isabelle, Elena, Pierre, Emile et Sébastien préférant le 124.
Pour couronner le tout, quelques belles places Eco Cyclo sur le podium :
pour André, Emile, Elena, Isabelle et le tout premier pour Aurélie !




Ce fût une belle journée cyclosportive, et déjà programmée dans nos agendas 2018 !
Et comme on dit chez nous, « Adishatz et à bèt lèw » !


Aurélie et Sébastien